Posté par Véro le 28 - 07 - 2016

Que du bonheur !

Que du bonheur c’est beaucoup dire pour Angela qui vient de passer une année absolument catastrophique de A à Z.

C’est bien simple, rien n’est allé, tout est parti en vrille.

Tous ces malheurs en cascade, la jeune fille va nous les raconter par le menu, à commencer par cette rentrée mémorable en seconde, le jour où elle s’est étalée lamentablement devant sa pire ennemie.

-« Moi, Angela Milhat, presque quinze ans, les cheveux presque bruns, les yeux presque verts, les dents presque droites, je trébuche sur le sac de Lorna et je tombe en avant, comme une masse, sans avoir le réflexe d’avancer les mains. Une patate qui chute. Le syndrome du caillou qui ne réfléchit pas ».

Résultat des courses: une nez éclaté, du sang partout et une évacuation d’urgence par les pompiers. Voilà de quoi se tailler une solide réputation dès les premier jour.

Les réjouissances se sont poursuivies deux mois plus tard avec l’annonce du divorce de ses parents (super) puis la mort brutale du chat en a rajouté une petite couche.

Passons rapidement sur la trahison de la meilleure amie qui ose sortir avec le garçon dont Angela était secrètement amoureuse, et surtout glissons très vite sur ces magnifiques vacances estivales. En effet, quoi de plus exaltant pour une ado de 15 ans que de passer trois semaines au fin fond de l’Ariège en compagnie d’un papy à moitié gâteux ?

Ces catastrophes en série vont s’achever par un séjour au camping à Palavas les Flots qui démarrait pourtant très mal mais va bizarrement réconcilier Angela avec les autres et même avec sa petite personne. Comme quoi les rencontres les plus improbables font parfois des miracles …

Sous forme de journal intime avec croquis, petites annotations et dessin à gogo, la jeune Angela nous fait part de cette année zéro avec un recul étonnant et une ironie mordante.

Si l’on sent poindre à chaque page le malaise de l’adolescence, son cortège de doutes, de complexes et d’insatisfactions, ne croyez pas que l’on verse une seule larme dans ce récit mené tambour battant dont on regrette seulement qu’il ne fasse que 120 pages.

Les lamentations d’ Angela sont tout bonnement réjouissantes.

On voit que le jeune fille  ne baisse jamais les bras et si elle reporte ses frustrations sur tout son entourage (tout le monde en prendra pour son grade, n’ayez crainte) elle le fait avec panache et manie l’ironie avec une certaine élégance.

bonheurBref, un petit roman jubilatoire qui nous remet du baume au cœur et nous laisse le sourire aux lèvres, ça fait du bien.

« Que du bonheur ! De Rachel Corenblit. Editions du Rouergue. Collection Doado. 10.20 €

 


Nos Editeurs

  • Editions Sarbacane
  • Editions du Rouergue
  • Editions Autrement
  • Editions du Seuil
  • Editions Gallimard Jeunesse
  • Editions Palette
  • Editions Thierry Magnier
  • Editions Ecole des loisirs
  • Editions de la Martinière
  • Editions Milan
  • Editions Nathan
  • Editions Didier Jeunesse
  • Editions Courtes et longues
  • Editions Chandeigne
  • Editions Actes sud Junior
  • Editions Kaleidoscope
  • Editions Les Grandes personnes
  • Editions Rue du monde
  • Editions La Joie de lire
  • Editions Oskar
  • Editions Rageot
  • Editions Casterman
  • Edition Edune
  • Editions Helium
  • Editions Minus
  • Editions Les Fourmis rouges
  • Editions Tourbillon