Posté par Véro le 15 - 03 - 2015

Demain, je t\'écrirai encore

…. Je n’aurais peut-être pas dû lire les lettres du jeune Arthur Rimbaud ou celles de Baudelaire à l’âge de 12 ans. Malgré tout l’amour que je porte à ma progéniture, force est de constater une certaine indigence en matière stylistique et littéraire. Peu importe, cet enfant a bien d’autres qualités (il en est au niveau Prestige II dans Call of Duty).

En revanche quel bonheur de lire les lettres de ces jeunes gens, enfants ou adolescents, qui s’appelaient Guy de Maupassant, Georges Sand ou Gustave Flaubert et confiaient à leurs proches leurs joies, leurs espoirs pour l’avenir et leur ennui parfois d’un quotidien trop languissant.

Ce recueil rassemble trente lettres intimes de ceux qui allaient compter parmi les plus grands auteurs des deux derniers siècles. Ils écrivent ici à leurs parents, expriment leur admiration à leurs pairs ou témoignent de leur époque en échangeant avec proches.

Il y a quelque chose de tout à fait fascinant et de très émouvant à rentrer ainsi dans l’intimité de ces auteurs par le biais de lettres qui n’étaient alors nullement destinées à être éditées et partagées par le plus grand nombre. On y découvre le quotidien et les préoccupations de ces futurs grands écrivains qui tout jeunes manifestent leur attachement à leurs parents et plus tard s’inquièteront de leurs soucis d’argent ou de leurs tourments amoureux.

Même si les auteurs du recueil ont choisi de conserver les maladresses et les fautes d’orthographe, on ne peut qu’être fasciné à la lecture de ces lettres, par l’élégance du style, l’aisance de la plume. C’est étonnant aussi de sentir poindre pour beaucoup un trait de caractère, un idéal intellectuel qui irriguera plus tard toute leur œuvre. Ainsi à 16 ans, Arthur Rimbaud confie en ces termes son ennui et sa soif de vivre à son professeur: « Je meurs, je me décompose dans ma platitude, dans la mauvaiseté, dans la grisaille. Que voulez-vous, je m’entête affreusement à adorer la liberté libre… ».

A vingt ans, Stendhal fait part à sa sœur de son ennui à la lecture de certains romans ampoulés. Pour lui, « il ne faut écrire que lorsqu’on a des choses grandes ou profondément senties à dire avec simplicité. Comme si l’on prenait à tâche de les empêcher d’être remarquées. »

Du haut de ses dix-sept ans, Georges Sand s’insurge contre sa mère qui ne veut pas la voir étudier le latin: « Vous trouvez sans doute qu’il est pour une femme des occupations plus utiles et plus en rapport avec les soins intérieurs, qui sont les devoirs de son sexe. (…). Pourquoi faut-il qu’une femme soit ignorante ? Ne peut-elle être instruite sans s’en prévaloir et sans être pédante ? »

Les amateurs de belle littérature, de correspondance et de journaux intimes ne pourront que se régaler à la lecture de petit recueil, même si je me demande bien en mon for intérieur de librairie, quel genre de lecteur cela pourra intéresser hormis les adultes. Peu importe, à chaque jour suffit sa peine et je te quitte ami lecteur en me permettant de reprendre à mon compte les propos du jeune Sigmund Freud : « Recommande-moi à ceux qui pensent du bien de moi et ne parle pas de moi à ceux qui ne demainpeuvent me souffrir. »

« Demain je t’écrirai encore ». Lettres de jeunesse de grands écrivains rassemblées et présentées par Marie-Ange Spire. Editions Gallimard jeunesse. Collection Foli Junior. 5,60€


Nos Editeurs

  • Editions Sarbacane
  • Editions du Rouergue
  • Editions Autrement
  • Editions du Seuil
  • Editions Gallimard Jeunesse
  • Editions Palette
  • Editions Thierry Magnier
  • Editions Ecole des loisirs
  • Editions de la Martinière
  • Editions Milan
  • Editions Nathan
  • Editions Didier Jeunesse
  • Editions Courtes et longues
  • Editions Chandeigne
  • Editions Actes sud Junior
  • Editions Kaleidoscope
  • Editions Les Grandes personnes
  • Editions Rue du monde
  • Editions La Joie de lire
  • Editions Oskar
  • Editions Rageot
  • Editions Casterman
  • Edition Edune
  • Editions Helium
  • Editions Minus
  • Editions Les Fourmis rouges
  • Editions Tourbillon