Posté par Véro le 17 - 02 - 2015

Le Bunyip

bun2Quand au beau milieu de la nuit la Chose s’est mise à remuer dans la boue noire et à émerger du fin fond du ruisseau, tous les animaux alentour semblaient effrayés.

La Chose elle s’est tout de suite interrogée: Qui suis-je ? Mais qui suis-je donc ?

Même une fois qu’elle a eu gratté toute la boue sur son corps massif, la Chose n’a cessé de poser la même question: Qui suis-je ? C’est un ornithorynque qui finit par lui donner la réponse: tu es un bunyip.bun3

D’accord mais un buniyp ça ressemble à quoi ? Et puis est-ce que c’est beau ? Les bunyips sont horribles lui répond le wallaby. Ils ont  des pattes palmées et des plumes. Des plumes horribles.

Alors la Chose continue sa quête et interroge fiévreusement tous les animaux qui croisent son chemin. A vrai dire personne ne sait vraiment à quoi ressemble un bunyip mais par contre tout le monde a quelque chose à dire à son sujet.

L’image que les autres lui renvoient est bien peu flatteuse : les bunyips ont d’horribles queues et des poils encore plus laids. Un homme plongé dans ses notes va même jusqu’à affirmer que les bunyips ne ressemblent à rien du tout. Et pour cause, ils n’existent même pas..

Une seule chose à faire désormais: s’éloigner des autres pour mieux se retrouver.« Le bunyip marcha toute la journée et, alors que le soleil se couchait, il arriva à une mare isolée. – Je serai bien ici, se dit-il à lui-même. Personne ne me verra et ainsi je pourrai me sentir aussi beau que je le voudrai. »

bun4Cet album paru en 1979 pour la première fois en Australie a connu un vif succès, se classant parmi les grands classiques de la littérature jeunesse australienne. Et avec ça jamais édité en France ! C’est chose faite grâce à l’opiniâtreté d’une éditrice et l’on peut enfin profiter de cet univers fantasmagorique au charme vintage tout à fait intemporel.

Entre les lignes on devine tous les questionnements existentiels et cette éternelle quête de reconnaissance à travers le regard de l’autre, parfois cruel, souvent sans concessions.bun5

Dans des tonalités chaudes en peu sourdes, les illustrations nous plongent dans la touffeur et le mystère du bush australien; le trait est d’une grande finesse, d’une extrême précision et les détails sont infinis. Il suffit de regarder  les pages de garde – perso je ne m’en lasse pas –  elles sont de toute beauté !

L’étrangeté de la créature, sa silhouette ainsi que la tonalité générale de l’album évoquent immanquablement l’univers de Max et les Maximonstres de Sendak.

Le registre n’est certes pas le même, mais on est également ici plongé dans un univers singulier et subtil qui nous émeut et nous interroge. Le propre de la littérature en quelque sorte.

Un superbe album à savourer dès 5 ans ! Et si vous êtes conquis par ce duo d’auteure-illustrateur, je vous conseille vivement la lecture de cet autre album que j’avais adoré,« John Brown, Rose et le chat de minuit », paru il y a une petite éternité aux Deux Coqs d’or et réédité depuis chez l’Ane Bâté. Un régal !rose

« Le Bunyip ». Texte de Jenny Wagner. Illustrations de Ron Brooks. Editions Thierry Magnier. 16,50 €

 

Catégories: Albums

Nos Editeurs

  • Editions Sarbacane
  • Editions du Rouergue
  • Editions Autrement
  • Editions du Seuil
  • Editions Gallimard Jeunesse
  • Editions Palette
  • Editions Thierry Magnier
  • Editions Ecole des loisirs
  • Editions de la Martinière
  • Editions Milan
  • Editions Nathan
  • Editions Didier Jeunesse
  • Editions Courtes et longues
  • Editions Chandeigne
  • Editions Actes sud Junior
  • Editions Kaleidoscope
  • Editions Les Grandes personnes
  • Editions Rue du monde
  • Editions La Joie de lire
  • Editions Oskar
  • Editions Rageot
  • Editions Casterman
  • Edition Edune
  • Editions Helium
  • Editions Minus
  • Editions Les Fourmis rouges
  • Editions Tourbillon