Posté par Véro le 06 - 03 - 2018

Jefferson

Moi qui voulais fêter dignement, dans la joie et l’allégresse, le retour tant attendu de Mourlevat en littérature jeunesse, voilà que je me mets à trembler et douter du bien-fondé de mon article… Ai-je bien lu ce roman sous toutes ses coutures ? Un cliché sexiste ou autre insinuation raciste ne s’y serait-il pas glissé ?
Oui parce que je dois faire mon mea culpa et mon coming-out livresque: figurez-vous que j’ai mis en librairie sans l’avoir regardé plus avant le fameux « J’ai chopé la puberté ».
Rhoo putain la bourde… Que dis-je, la lourde erreur professionnelle. Du coup je redoute de me faire lapider par mes confrères des métiers du livre…
Je jure sur ma collection de Martine que dorénavant je lirai un par un tous les bouquins que je sortirai des cartons, quitte à y passer mes journées, ma vie, mes nuits pour qu’aucun ouvrage maladroit, malintentionné ou propagandiste ne vienne dévoyer cette belle jeunesse dont j’ai, à mon humble niveau, la responsabilité.
En tous cas ça vaut le coup d’en discuter, non ? Ah ben trop tard. On me dit dans l’oreillette que le bouquin en question a été retiré de la vente par l’éditeur, suite à la pétition lancée par des gens qui pensent mieux que moi, sont plus réactifs, plus engagés et ont certainement lu le bouquin de A à Z, eux.
Parce que si ce n’est pas le cas, ça fait un peu peur non, ou c’est moi ?
Mon sentiment est un peu confus, mais instinctivement je dirais que ça pue tout ça…
Que l’on s’offusque des propos débiles tenus dans cet ouvrage destiné aux toutes jeunes filles, soit, je plussoie et suis tout à fait d’accord sur le fonds (dans la forme mon penchant naturel me porte plus à me marrer qu’à m’indigner – et oui ça a été ma première réaction en tombant sur les extraits- et à tourner le truc en dérision plutôt qu’à pousser des hauts cris, mais enfin ça c’est une autre histoire).
Les éditions Milan ont été bien promptes à réagir à la vindicte populaire pour éviter le bad buzz, ne laissant aux auteures (ah tiens, trois faibles femmes) aucune latitude pour se défendre, aux libraires et bibliothécaires aucun espace pour proposer en regard d’autres livres sur le même sujet.
Ah c’est donc comme ça qu’on va procéder désormais ? Chouette ! J’ai plein de bouquins à proposer à la censure (on parle de « On n’est pas des quiches » paru en même temps chez le même éditeur sur des recettes de cuisine pour les filles ??).
Enfin bref, ça m’énerve tout ça et pour tout dire, ça me met profondément mal à l’aise.
Ceci étant, ne cédons pas, chers lecteurs, à l’emballement facile et à l’esprit de meute, gardons notre sens critique et revenons à nos moutons.
Enfin à nos hérissons, en l’occurrence.

Lire la suite...
Posté par Véro le 05 - 03 - 2018

Jours colorés

On parle souvent littérature avec Gigi à la librairie, c’est ce qui fait sans doute notre force et a assis notre réputation professionnelle.
- « Tu le fais comment toi, le filet mignon ? m’interrogeait récemment ma chère associée (#balancetonporc)
- Oh tu sais, je fais simple, vin blanc, à la cocotte, avec un peu de crème et de moutarde. (Paul Bocuse, si tu m’entends…)
- Ah ouais… bof. Ben je vais le faire à la poêle alors. »
Ce petit instantané de vie au débotté pour vous expliquer qu’avec Gigi on n’est d’accord sur à peu près rien…
Pourtant un sujet nous rapproche et fait l’unanimité entre nous deux (à part le vin blanc, je veux dire):
Il s’agit des livres de Ramona Badescu et Amélie Jackowski.

Lire la suite...
Posté par Véro le 27 - 02 - 2018

La petite épopée des pions

Vous n’ignorez pas que les éditions MeMo font le bonheur des libraires et qui plus est des libraires Sorcières qui attendent chaque nouvelle parution comme une petite gourmandise à déguster en solo sur son canapé ou mieux encore avec plein de gamins sur les genoux.
Car n’oublions pas que si nous, adultes, adorons la production de cette super maison d’édition, les enfants de leur côté ne sont pas en reste et surkiffent ces beaux albums au papier épais. Et c’est tant mieux car c’est fait pour eux, bande de petits veinards.
Ainsi quand nous, libraires, avons eu vent de ce nouveau projet d’une collection de romans, nous avons frémi, nous avons tremblé, bref nous avons flippé notre race.
Enfin moi en tous cas, parce que j’ai pas l’air comme ça mais je suis d’un tempérament très anxieux: mais où diable vont-ils s’aventurer ? Ne savent-ils pas ces malheureux à quelle agressive concurrence ils vont devoir se frotter ? Après quelle chimère éditoriale courent-ils ?
Comment vont-ils pouvoir faire leur trou, peuchères ?.
C’était oublier un peu trop vite qu’avec MeMo, on a à faire à des pros.

Lire la suite...
Posté par Véro le 21 - 02 - 2018

Les mille visages de notre histoire

Je me rappelle quand j’étais ado (hier quoi), je passais le plus clair de mon temps à dévorer des romans dramatiques.
Des trucs super tristes, des récits torturés avec des fins horribles que je lisais en apnée et qui me faisaient verser toutes les larmes de mon corps.
A moi les histoires de viol, de handicap, de déchirement familial, de suicide, de maladie où on meurt à la fin et d’amour toujours mais sans retour. Oh oui vas-y Johnny fais-moi mal …. (EH OH ON SE CALME, OK ?)
Puis le temps a passé (si peu, sur moi), et la vie m’a appris que tout ça arrivait, mais pour de vrai.
Youpi donc.
Plus besoin de les lire, il suffit juste de vieillir ! Trop bien, non ? (<—– humour noir comme Gigi elle aime).
Mais parfois je remets mon écharpe orange, mes Converse bleues, je prends un gros bouquin avec des gens qui ont plein de problèmes dedans et j’ai de nouveau quinze ans.

Lire la suite...
Posté par Véro le 06 - 02 - 2018

Fish Girl

Elle vit dans un musée aquarium, un grand bâtiment au bord de l’océan, construit pour elle, autour d’elle, en son honneur.
Elle en est la principale attraction, l’objet de toutes les curiosités.
Elle, c’est Fish Girl.
Une sirène.

Lire la suite...
Posté par Véro le 18 - 01 - 2018

Un monde simple et tranquille

Voilà ce qu’on peut se souhaiter de meilleur pour cette nouvelle année déjà bien entamée, simplicité et tranquillité (on a une bonne marge de progression).
En tous cas c’est ce que je me souhaite à moi personnellement.
La vie n’est pas toujours douce comme les pétales d’une rose alors profitons des petits bonheurs même fugaces qui se présentent.
A ce propos vous connaissez sans doute mon goût pour tout ce qui vient d’Asie.
Comment ça non ??

Lire la suite...
Posté par Véro le 05 - 12 - 2017

Pensées nocturnes

La nuit je dors … mais pas toujours.
Quand le sommeil ne vient pas je lis, quand lire m’ennuie je prépare des pancakes, quand cuisiner me lasse j’écris des oraisons funèbres pour mes amis.
Non, ils sont pas tous morts en fait et oui je sais c’est très bizarre comme occupation, mais qu’y puis-je ?
En même temps, ce qui est fait n’est plus à faire, non ?
Et bienheureux celui capable de maitriser ses ruminations nocturnes.

Lire la suite...
Posté par Véro le 03 - 12 - 2017

Le musée des merveilles

Peut-être l’affiche du film vous a-t-elle attiré l’œil ou alors avez-vous lu quelques critiques dithyrambiques?
A moins que les plus chanceux d’entre vous soient allés découvrir le Musée des Merveilles au cinéma ?
Hélas à la Boîte à Histoires en cette fin d’année pas de place pour les feignasses et pas de temps pour profiter des salles obscures en mangeant du pop-corn.
Mais peu me chaut. Car grâce aux éditions Bayard j’ai pu découvrir ce petit chef-d’œuvre réédité pour l’occasion.
Ìl était paru déjà en 2014 sous le titre de « Black Out » et avait – je le confesse le rouge au front – échappé à ma sagacité.

Lire la suite...
Posté par Véro le 01 - 11 - 2017

Le brise-glace

En 2014, Gilles Rapaport a participé avec la journaliste Laurence Pivot, à une expédition dans le Grand Nord Polaire.
Ils ont tous deux embarqué à bord de l’Amundsen, un brise-glace de recherche canadien.
C’est parti pour dix jours de navigation et d’exploration sur l’océan Arctique, paysages sublimes, températures extrêmes.

Lire la suite...
Posté par Véro le 29 - 10 - 2017

Dedans Dehors

En 2013, Anne-Margot Ramstein et Matthias Aregui ont signé un très bel album, esthétique et singulier, « Avant Après » qui explorait avec beaucoup de créativité la notion complexe du temps, celui qui passe, qui transforme les choses et peut être très relatif selon les points de vue.
Cet ouvrage avait rencontré un vrai succès bien mérité, remportant même le prix de la foire de Bologne en 2015. Bref, y’a du level comme disent les jeunes.
Voilà que ce talentueux duo d’illustrateurs récidive avec un album splendide qui aborde cette fois-ci la notion d’espace.

Lire la suite...

Nos Editeurs

  • Editions Sarbacane
  • Editions du Rouergue
  • Editions Autrement
  • Editions du Seuil
  • Editions Gallimard Jeunesse
  • Editions Palette
  • Editions Thierry Magnier
  • Editions Ecole des loisirs
  • Editions de la Martinière
  • Editions Milan
  • Editions Nathan
  • Editions Didier Jeunesse
  • Editions Courtes et longues
  • Editions Chandeigne
  • Editions Actes sud Junior
  • Editions Kaleidoscope
  • Editions Les Grandes personnes
  • Editions Rue du monde
  • Editions La Joie de lire
  • Editions Oskar
  • Editions Rageot
  • Editions Casterman
  • Edition Edune
  • Editions Helium
  • Editions Minus
  • Editions Les Fourmis rouges
  • Editions Tourbillon