Posté par Véro le 09 - 03 - 2018

Toi-même

illustration@marionduval

illustration@marionduval

Les deux petites filles héroïnes de cette histoire sont sœurs jumelles, Louison et Adèle

« Leur prof de piscine dit qu’elles sont les mêmes, deux petits poissons rouges parfaitement synchronisés. »

En sortant de leur cours de natation, elles attendent leurs parents qui viennent les chercher en voiture.

Ils tardent un peu aujourd’hui, alors les deux fillettes s’amusent pour passer le temps, tracent de longs chemins de cailloux nacrés, grimpent sur les grosses pierres à l’entrée de la piscine qui deviennent aussitôt des îles.

Mais Louison en a marre d’attendre et décide de partir, toute seule puisque sa sœur ne veut pas la suivre.

Tandis que le ciel s’assombrit et que l’orage menace au loin, une dispute éclate entre les deux jumelles en colère qui s’échangent quelques méchants mots.

Égoïste. Froussarde. Puis Louison s’est éloignée. Et chacune de poursuivre ses jeux, de son côté.

Mais à mesure que le ciel se fait plus noir, que l’orage avance,  l’inquiétude gagne, et le dialogue entre les deux sœurs reprend comme un fil ininterrompu, un étrange contact télépathique qui n’appartient qu’aux jumelles.

Eloignées l’une de l’autre, les deux fillettes se parlent, se répondent, se réconfortent:

- »Vite, Louison ! Il faut te mettre à l’abri !

illustration@marionduval

illustration@marionduval

- C’est bon, t’inquiète, j’ai trouvé un coin au sec ».

Dans les belles doubles pages d’illustration, des petits indices font sens et relient les histoires parallèles de Louison et d’Adèle.

Les petits cailloux nacrés, les cerfs-volants, ou le ballon disparaissent et ressurgissent au fil des planches, comme les marqueurs discrets d’un lien qu’on ne peut expliquer.

Et puis il y a ce chat blanc, gardien silencieux d’une histoire singulière.

L’album baigne dans une atmosphère très particulière, comme hors du temps, inquiétante, un brin surnaturelle et poétique en même temps.

On pressent un danger mais il n’arrivera pas. On voit des choses étranges mais on s’en étonne à peine.

Les illustrations très douces dans leur tonalité sont d’une grande sobriété, d’une grande limpidité tout en étant très complexes et particulièrement travaillées dans leur construction.

Les points de fuite, les perspectives,et ces grandes lignes géométriques qui structurent l’image, tout concourt à la grâce de cet album haute couture.

De Marion Duval, je me souviens avoir lu et aimé « Le piano », paru aux éditions Didier Jeunesse qui évoquait avec beaucoup d’intelligence le thème du deuil, avec également un très beau travail d’illustration.

illustration@marionduval

illustration@marionduval

On retrouve ici la même singularité et à mon sens la marque d’un grand talent.

On peut souligner aussi en passant la qualité de la collection Trapèze chez Albin Michel qui vaut vraiment le détour et propose à chaque fois des ouvrages extra bien!

 

illustration@marionduval

illustration@marionduval

« Toi-même ». Texte et illustrations de Marion Duval. Editions Albin Michel. Collection Trapèze. 19 €

Catégories: Albums

Nos Editeurs

  • Editions Sarbacane
  • Editions du Rouergue
  • Editions Autrement
  • Editions du Seuil
  • Editions Gallimard Jeunesse
  • Editions Palette
  • Editions Thierry Magnier
  • Editions Ecole des loisirs
  • Editions de la Martinière
  • Editions Milan
  • Editions Nathan
  • Editions Didier Jeunesse
  • Editions Courtes et longues
  • Editions Chandeigne
  • Editions Actes sud Junior
  • Editions Kaleidoscope
  • Editions Les Grandes personnes
  • Editions Rue du monde
  • Editions La Joie de lire
  • Editions Oskar
  • Editions Rageot
  • Editions Casterman
  • Edition Edune
  • Editions Helium
  • Editions Minus
  • Editions Les Fourmis rouges
  • Editions Tourbillon